la sélection papier-mâché de Chris Lomon

février 23, 2011

robert rocca – gaston claret- 1949 – ils en sont tous

Filed under: Diversité,Erotisme,Poésie,Résistance — chrislomon @ 1:54

C’est une petite ville aimable, comme chez nous on en voit tant
Une grand’ rue, une place adorable avec une fontaine au mitan
Une petite église qui s’embête, une mairie qui sent l’renfermé
Une petite gare où l’train s’arrête quand le chauffeur est bien luné
C’est une petite ville accueillante où l’ciel est clair, où l’air est doux
Mais l’chef de gare, à la descente, vous dit tout d’suite « Bonjour mon chou »
Dans c’pays-là, ils en sont tous

Le boucher commença l’histoire, un jour qu’il emm’nait son commis
Chercher d’la viande aux abattoirs, il l’appella « Mon p’tit chéri »
Le lendemain ce fut l’notaire qui, devenu soudain nerveux,
Fit appeler son premier clerc pour lui dire qu’il avait d’beaux yeux
Le clerc qui frise la soixantaine remercia, troublé, et rougit
Ajoutant avec un peu d’gêne « Le gendarme me l’a déjà dit »
Dans c’pays-là, ils en sont tous

L’habitude fut bientôt prise de prêcher l’amour du prochain
Toute la ville s’y est mise, c’est bien là le mot qui convient
Parfois, dans la nuit qui commence, on entend la voix d’un chanteur
C’est l’facteur qui chante une romance sous les f’nêtres du marchand d’couleurs
Mais, s’il y a souvent des drames, un soir l’épicier un peu gris
Fut trouvé couché près d’sa femme, il a dû quitter le pays
Dans c’pays-là, ils en sont tous

Un jour, est venu de passage un monsieur nommé Paul Dupont,
Ses initiales sur ses bagages ont fait aussitôt sensation
Tout l’pays lui courait derrière, il a eu peur d’un mauvais coup
Il est allé voir l’commissaire, l’commissaire l’a pris sur ses g’noux
Et comme c’est un homme habile, Dupont fut bientôt consolé
Il vient d’louer une maison en ville et il n’parle plus de s’en aller
Dans c’pays-là, ils en sont tous

Evidemment les femmes sont tristes, elles n’ont plus d’mari ni d’amant
Elles n’comptent plus qu’sur l’séminariste qui va rentrer du régiment
Pour l’instant y a que l’petit Jacques qui soit encore un vrai garçon
Comme il a eu six ans à Pâques, on peut pas se faire d’opinion
Faut voir de quel amour sincère, elles entourent le moutard
Elles le soignent bien car elles espèrent se l’mettre de côté pour plus tard
Dans c’pays-là, ils en sont tous

Y a bien l’vieux curé qui s’occupe de remettre tout l’monde sur l’droit ch’min
Mais comme il dit « Avec mes jupes, qu’est c’que j’peux avoir comme tintouin »
L’soir, quand il rentre au presbytère, sur sa bécane il est inquiet
Ils s’mettent tous à plat ventre par terre pour tâcher de voir ses mollets
Ils sont si nombreux à confesse, l’curé trouve ça si peu normal
Qu’il envisage avec tristesse de faire blinder le confessionnal
Dans c’pays-là, ils en sont tous

C’est une charmante ville de France où l’ciel est clair, où l’air est doux
Messieurs, passez-y vos vacances si vous vous sentez sûr de vous
Sous la verdure qui la cache, la petite rivière coule sans bruit
Si vous avez de belles moustaches, l’hôtelier vous fera des prix
Et loin des orages qui grondent, vous découvrirez, satisfaits,
Qu’il existe un coin dans le monde où les hommes vivent en paix
Dans c’pays-là, ils en sont tous

frédéric dard – laurent heynemann – jeanne moreau – la vieille qui marchait dans la mer – 1991

Filed under: Coup de gueule,Diversité,Erotisme,Poésie,Résistance — chrislomon @ 1:07

nathalie baye – benoît magimel – xavier beauvois – selon matthieu – 2000

Filed under: Coup de gueule,Diversité,Erotisme,Foi — chrislomon @ 12:33

bach, matthäuspassion, BWV244 Nr.68 : wir setzen uns mit tränen nieder und rufen

Wir setzen uns mit Tränen nieder
Und rufen dir im Grabe zu:
Ruhe sanfte, sanfte ruh!

Ruht, ihr ausgesognen Glieder!
Euer Grab und Leichenstein
Soll dem ängstlichen Gewissen
Ein bequemes Ruhekissen
Und der Seelen Ruhstatt sein.
Höchst vergnügt schlummern da die Augen ein.

music by herreweghe

music by koopman

music by harnoncourt

r.e.m- losing my religion – 1991

Filed under: Diversité,Erotisme,Foi,Poésie — chrislomon @ 12:03

see the video clip here

Oh, life is bigger
It’s bigger than you
And you are not me
The lengths that I will go to
The distance in your eyes

 

Oh no, I’ve said too much
I set it up
That’s me in the corner
That’s me in the spotlight, I’m
Losing my religion
Trying to keep up with you
And I don’t know if I can do it
Oh no, I’ve said too much
I haven’t said enough
I thought that I heard you laughing
I thought that I heard you sing
I think I thought I saw you try

Every whisper
Of every waking hour I’m
Choosing my confessions
Trying to keep an eye on you
Like a hurt lost and blinded fool, fool
Oh no, I’ve said too much
I set it up
Consider this
Consider this
The hint of the century
Consider this
The slip that brought me
To my knees failed
What if all these fantasies
Come flailing around
Now I’ve said too much
I thought that I heard you laughing
I thought that I heard you sing
I think I thought I saw you try

But that was just a dream
That was just a dream

But that was just a dream
Try, cry, why try?
That was just a dream
Just a dream, just a dream
Dream

janvier 29, 2011

jose van dam – un baryton basse d’exception

Filed under: Diversité,Erotisme,Foi,Mystique,Poésie — chrislomon @ 12:48

janvier 25, 2011

chabrier – l’etoile – choeur du pal

Filed under: Coup de gueule,Diversité,Erotisme — chrislomon @ 12:50

Am Tag der Hinrichtung ist das Volk versammelt und Ouf verkündet, dass Lazuli gepfählt werden soll. Er muss sich auf einen Stuhl setzen und soll von einem Pfahl durchbohrt werden. Das Volk jubelt, als Lazuli sich auf den Stuhl setzt. In dem Moment, in dem die Folter beginnt, fordert der Hofastrologe den König auf, die Hinrichtung abzubrechen, da die Sterne sagten, dass das Schicksal Oufs eng mit dem Lazulis verknüpft sei: vierundzwanzig Stunden nach Lazulis Tod müsse auch der König sterben. Ouf unterbricht die Hinrichtung sofort und nimmt Lazuli in seinen Palast, um ihn und sein – möglichst langes – Leben besser überwachen zu können.

 

vive la France et son audace, … passée…

isabelle druet – offenbach – ah que j’aime les militaires !

Filed under: Coup de gueule,Diversité,Erotisme — chrislomon @ 12:25

ah que j’aime les militaires!

vous aimez le danger, le péril vous attire,

et vous ferez votre devoir, vous partirez demain

et moi je viens vous dire… non pas adieu…

non pas adieu mais au revoir!

GRANDE-DUCHESSE

Ah! Que j’aime les militaires,
Leur uniforme coquet,
Leur moustache et leur plumet!
Ah! Que j’aime les militaires!
Leur air vainqueur, leurs manières,
En eux, tout me plait!

Quand je vois là mes soldats
Prêts à partir pour la guerre,
Fixes, droits, l’oeil à quinze pas,
Vrai Dieu! J’en suis toute fière!
Seront-ils vainqueurs ou défaits?…
Je n’en sais rien… ce que je sais…

CHOEUR
Ce qu’elle sait…

GRANDE-DUCHESSE
Ce que je sais…
C’est que j’aime les militaires, etc.

Je sais ce que je voudrais…
Je voudrais être cantinière!
Près d’eux toujours je serais et je les griserais!
Avec eux, vaillante et légère,
Au combat je m’élancerais!
Cela me plairait-il, la guerre?…
Je n’en sais rien… ce que je sais…

CHOEUR
Ce qu’elle sait…

GRANDE-DUCHESSE
Ce que je sais… C’est que j’aime les militaires, etc.

queer version par Etienne Cousineau

offenbach – la belle helene – marche des rois

Filed under: Coup de gueule,Diversité,Erotisme — chrislomon @ 12:01

la belle helene, acte 1

Voici les rois de la Grèce
Il faut que le choeur s’empresse
de les nommer par leur nom.
Ça! Peuple, faisons silence!
Voici les rois de la Grèce!

Ajax Premier, entrant :
Ces rois remplis de vaillance,
-plis de vaillance, -plis de vaillance,
c’est les deux Ajax

Oreste, Calchas:
Les deux Ajax!

Ajax Deuxième:
Etalant  avec jactance,
t’avec jactance, t’avec jactance,
leur double thorax…

Oreste, Calchas:
Leur double thorax!

Ajax Premier:
Parmi le fracas immense
des cuivres de Sax…

Les deux Ajax:
Ces rois remplis de vaillance,
-plis de vaillance, -plis de vaillance,
c’est les deux Ajax,
Les deux , les deux Ajax

Tous:
Ces rois remplis de vaillance,
c’est les deux Ajax!

Achille, entrant:
Je suis le bouillant Achille,
le bouillant Achille, le bouillant
Achille, le grand myrmidon!

Oreste, les deux Ajax, Calchas:
Le myr-, le myrmidon!

Achille:
Combattant un contre mille
un contre mille, un contre mille,
grâce à mon plongeon!

Les mêmes:
Grâce, grâce à mon plongeon!

Achille:
J’aurai l’esprit bien tranquille,
n’était mon talon!
Je suis le bouillant Achille,
Le bouillant Achille, le bouillant
le grand myrmidon, le myr-,
le myrmidon!

Les mêmes, le choeur:
Voici le bouillant Achille,
le bouillant Achille,
le grand myrmidon!

Ménélas, entrant:
Je suis l’époux de la reine
-poux de la reine, -poux de la reine,
le roi Ménélas!

Oreste, Achille, les deux Ajax, Calchas:
Le méné-, le Ménélas

Ménélas:
Je crains bien qu’un jour Hélène,
qu’un jour Hélène, qu’un jour Hélène,
je le dis tout bas…

Tous:
Il le dit tout, tout, tout bas!

Ménélas:
Ne me fasse de la peine,
n’anticipons pas.
Je suis l’époux de la reine,
-poux de la reine, -poux de la reine,
le roi Ménélas, le Mé-, le Ménélas!

Tous:
Il est l’époux de la reine,
-poux de la reine, -poux de la reine,
le roi Ménélas, le Mé-, le Ménélas!

Agamemnon, entrant:
Le roi barbu qui s’avance,
-bu qui s’avance, -bu qui s’avance,
c’est Agamemnon…

Tous: Aga, -Agamemnon!
Agamemnon:
Et ce nom seul me dispense,
seul me dispense, seul me dispense,
d’en dire plus long.

Tous: d’en di-, dire plus long.

Agamemnon:
J’en ai assez dit, je pense,
en disant mon nom,
le roi barbu qui s’avance,
-bu qui s’avance, -bu qui s’avance,
c’est Aga-, Aga-, Agamemnon!

Tous: Le roi barbu qui s’avance,
c’est Agamemnon!
Aga-, Aga-, Agamemnon!

janvier 24, 2011

le duo des dindons et des moutons – la mascotte

Filed under: Diversité,Erotisme — chrislomon @ 11:36

version originale

version queer

http://www.wat.tv/video/charpini-brancato-duo-dindons-29rc3_2io8n_.html

janvier 14, 2011

basquiat 2011 paris

Filed under: arts plastiques,Coup de gueule,Diversité,Erotisme,Foi,Poésie — chrislomon @ 12:18

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.